[views]

Amine Harit : le symbole d’une formation nantaise retrouvée?

Amine Harit 2 foot01.com

       Sergio Conceiçao est arrivé depuis plus d’un mois au FC Nantes. Beaucoup de choses ont changé depuis, dans les idées de jeu, les méthodes et le management. Néanmoins, un fil rouge développé par René Girard est toujours bien présent : faire jouer un maximum de jeunes joueurs issus du centre de formation s’ils ont le niveau. Amine Harit est de cette catégorie. Après sa victoire lors de l’Euro u19 cet été, il est en train, petit à petit d’exploser en ligue 1. Harit est un très jeune joueur qui a tout à prouver mais son pied droit est un délice pour les yeux à consommer sans modération lors de chaque journée de championnat ! Présentation.

 

N.B : en cas de première visite sur le site n’oubliez pas d’aller lire mon A propos , car il est la clé pour comprendre tout le site. Je suis sûr qu’il vous plaira.

LA BIOGRAPHIE 

        Amine Harit est franco-marocain. Né en juin 1997 à Pontoise, il grandit et fait ses premières classes dans des clubs de la région parisienne tels que l’Espérance Paris 19eme, le PSG ou le Red Star. Comme il le dit lui-même à nos confrères de l’Equipe, c’est le grand Ronaldinho à travers ses dribbles et le rêve qu’il procure au PSG et au Barça qui lui donne envie de devenir footballeur.

       Précoce, comme son idole, il fait beaucoup de bruit dans le nord de la région parisienne, passe par l’INF Clairefontaine et est amené à fréquenter de nombreux clubs avant d’intégrer un centre de formation. C’est à Nantes, grande ville de football, qu’il poursuit sa formation. Malgré les difficultés inhérentes à la progression et à l’exigence que se doit d’avoir un joueur de haut niveau, il gravit les échelons peu à peu.

     Tant et si bien qu’il est convoqué à l’été  2016 par le sélectionneur de l’équipe de France U19 pour jouer l’Euro. Avec tout le collectif français (Mbappé, Augustin, Blas etc…), ils réalisent des prestations abouties et proposent un véritable spectacle offensif auquel participe grandement Amine Harit (victoire 2-0 contre la Croatie, 5-1 contre les Pays-Bas, 3-1 contre le Portugal et 4-0 contre l’Italie).

     Après cette victoire, les projecteurs arrivent vite, les scouts européens s’excitent et l’enflammade peut vite débouler. Pourtant, Harit garde la tête sur les épaules et cherche dorénavant à s’imposer avec son club formateur. Cela en prend le chemin durant cette saison 2016-2017 où il accumule déjà 19 matchs sous les couleurs de l’équipe Fanion de Loire-Atlantique. Maintenant la question est la suivante :  Amine Harit a-t-il le style de jeu et l’efficacité de son idole Ronnie ?

UN PROFIL DE FEU FOLLET  

       C’est la qualité technique individuelle alliée à la motricité et à l’intelligence de jeu qui permet d’évaluer les possibilités tactiques que l’on peut explorer avec un joueur. Amine Harit est un gabarit très léger  (1m79 et 66 kilos) mais ses qualités lui permettent d’évoluer à plusieurs postes : milieu relayeur comme un numéro 8, meneur de jeu derrière les attaquants ou sur un côté. Comme il le dit lui-même « je suis d’abord et avant tout milieu ». Droitier, il évolue beaucoup cette saison sur un côté.

   Il commence beaucoup de ses matchs côté gauche. Mais Amine n’est pas un dévoreur de craie blanche. Il dispose d’une grande mobilité alliée à un sens du déplacement très avisé ! Le limiter à son couloir, c’est utiliser la moitié de ses possibilités. Il peut aisément rentrer à l’intérieur, se déplacer entre les lignes pour faire des différences. Ses collègues savent que même s’il part d’un flanc on peut le trouver dans l’axe pour qu’il puisse servir dans les meilleures conditions les attaquants comme Emiliano Sala. D’ailleurs, il est un lien majeur dans la construction des attaques nantaises puisque il touche en moyenne entre 50 et 60 ballons par match, l’un des plus gros total de son équipe.

      En outre, pour toucher des ballons, il faut non seulement savoir se démarquer mais aussi reproduire des efforts.  Dans ce secteur, il a beaucoup progressé en très peu de temps comme le souligne ses formateurs qui « ne pensaient pas qu’il pourrait reproduire autant d’efforts si vite ». Il fait 70% de ses matchs sans être remplacé, chose rare à 19 ans. De plus, à côté de cette vista naturelle, il a beaucoup évolué dans l’agressivité défensive, le harcèlement, la fermeture d’angles de passes. La présence d’entraineurs comme Batelli ou le fougueux S. Conceiçao lui ont beaucoup apporté comme il le reconnaît lui-même concernant le sélectionneur des bleus : « Il me donne de la gniaque sur le terrain. J’ai compris que des efforts étaient nécessaires ! » Contre le PSG il récupère trois ballons en moins de 8 minutes de jeu.

         Son jeu sans ballon est donc intéressant, mais c’est surtout quand il dispose du cuir dans les pieds qu’il peut faire ce que peu de gens savent accomplir. Pur droitier, sa première touche de balle est de très grande qualité. Il est capable d’éliminer un joueur sur un contrôle, qu’il soit dans l’axe ou excentré car il manie très bien toutes les surfaces de contact et possède une très belle capacité d’accélération sur 3 mètres. Il aime d’ailleurs permuter avec Illoki pour empêcher qu’on lise trop facilement son jeu. Dans ce football rugueux et très musclé qu’est la Ligue 1, éliminer sur un contrôle n’est pas suffisant : il faut savoir se protéger des charges adverses. Dans ce registre, il sait utiliser ses bras à bon escient pour se protéger et laisser son adversaire à bonne distance.

       D’autre part, il dispose d’un véritable talent naturel dans la passe courte ou moyenne distance au sol. Avec 83% de passes réussies depuis le début de saison c’est une réelle valeur ajoutée à l’équipe d’autant plus que 60% de celles-ci sont vers l’avant. Ajoutons que 3 à 4 d’entre elles ont lieu dans les 30 derniers mètres. Il dispose également de très belles aptitudes dans l’utilisation de l’extérieur du pied, surface qu’il apprécie et dont il n’hésite pas à se servir.

    Quand Amine Harit est face au jeu il peut donc soit éliminer par la passe, mais il use aussi sans modération de son don pour le dribble.  Avec 4 à 5 dribbles réussis par match il est dans la fourchette haute de la Ligue 1. Le fait qu’il soit depuis quelques mois le joueur qui subit le plus de fautes en Ligue 1 atteste de la fréquence de ses dribbles. Parmi les dribbles qu’il affectionne il y a tout ce qui concerne la semelle. Par exemple, il aime beaucoup la feinte de passe vers l’arrière suivi finalement d’un râteau et d’une accélération vers l’avant simultanée. L’entraîneur ne l’interdit absolument pas de dribbler et c’est souvent payant comme le montre le match contre Caen le 18 janvier 2017 où son exploit individuel dans la surface amène le but de Sala. Peut-être a-t-il prévu bientôt de travailler les défenses avec un dribble très cher à Ronaldinho à savoir la virgule nommée aussi Elastico ?

Amine Harit butfootballclub.fr

 

LES AXES DE PROGRES 

       Amine Harit est tout jeune et sa marge de progression est encore immense pour espérer un jour s’imposer dans un grand club. La visualisation de ses matchs permet de constater que, s’il possède un grand talent dans l’art de la passe courte, il utilise assez peu les transversales pour jouer d’un côté à l’autre. Il a pourtant toutes les qualités pour pouvoir le faire.

     D’autre part, être un dribbleur pur droitier peut présenter des désavantages. En effet, son jeu peut vite devenir prévisible face à des défenseurs intelligents et organisés collectivement comme ceux du PSG. On sait assez vite qu’il va rentrer à l’intérieur quand il est à gauche et tenter de déborder quand il est à droite. Travailler le pied gauche risque de devenir une obligation s’il veut franchir des paliers (même si on sait que certains joueurs ont fait carrière avec presque un dribble comme Arjen Robben…)  De plus, il ne réalise presque aucun centre durant les rencontres qu’il dispute. Consigne du coach ou compétence sous exploitée ?

           Par ailleurs, comme beaucoup de jeunes joueurs d’aujourd’hui le jeu de tête offensif ou défensif semble être un élément peu ou pas travaillé. Il est très déficient dans ce secteur (son gabarit ne l’aide pas aussi), alors que les coups de pied arrêtés n’ont jamais été aussi importants dans le football moderne. Cependant, il faut reconnaître qu’il est souvent le joueur chargé déposer le ballon sur la tête de ses coéquipiers lorsque les phases arrêtées sont pour son équipe.

     Amine Harit dispose d’un volume physique qui a beaucoup augmenté depuis les catégories jeunes mais il n’est pas encore exempt de fautes de concentration qui entraînent des ballons bêtement perdus. Enfin, comme tout joueur créatif qui se respecte, il se doit d’être décisif. Il n’a marqué qu’un but depuis le début de la saison et n’a aucune passe décisive à son compteur. Sur les 17 tirs qu’il a tenté depuis le début de la saison, seuls 4 ont été cadrés. Par conséquent, toutes ces données permettent d’affirmer que s’il est très beau à voir jouer, souvent présent dans l’avant-dernière passe,  il doit encore augmenter son efficacité et épurer son jeu.

CONCLUSION

     Amine Harit est un esthète. Il représente parfaitement la renaissance progressive du centre de formation Nantais. Aux côtés de Koffi Djidji, Léo Dubois et surtout Valentin Rongier il incarne la volonté nantaise de faire émerger des joueurs fins, complets et aptes à jouer au plus haut-niveau. Dans un profil différent de ces derniers, Amine se distingue beaucoup balle au pied. Cependant, ce n’est que sa première saison en Ligue 1, la carrière d’un joueur est longue et semée d’obstacles. Il lui faudra un mental d’acier et beaucoup d’efficacité pour réussir. Rassurons-nous malgré tout, Amine Harit est un jeune homme qui semble assagi, pesant ses mots et ses ambitions, il est tout à fait conscient que le plus dur est à venir comme il l’exprime lui-même : « Ce n’est que le début. J’aurai réussi quand j’aurai 33, 34 ans, que j’aurai fais 10 ans ou 11 ans au top niveau ! ». C’est tout ce que l’on te souhaite Amine, la planète football a besoin d’esthètes qui s’amusent tout en étant efficaces sur le terrain comme notre cher Ronaldinho à l’époque.

Amine Harit 3 alamy.com

Source image 1 : www.foot01.com

Source image 2 : www.butfootballclub.fr

Source image 3 : www.alamy.com

 

Une réflexion au sujet de « Amine Harit : le symbole d’une formation nantaise retrouvée? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *